L'homme mort était un suspect de viol d'enfant qui serait décédé il y a 15 ans, selon le coroner

L'homme mort était un suspect de viol d'enfant qui serait décédé il y a 15 ans, selon le coroner

L'enquête d'un coroner sur la mort d'un homme à Los Angeles le mois dernier a révélé qu'il était suspect dans un viol d'enfant commis dans l'État de Washington en 2008 et qu'il aurait sauté d'un pont sur Puget Sound il y a des années, ont indiqué les autorités.

Christian Robert Basham vivait sous le pseudonyme de Mark Clemens lorsqu'il est décédé le 26 février à l'âge de 56 ans, a annoncé jeudi la police de Bremerton, Washington, dans un communiqué de presse.

Le bureau du médecin légiste du comté de Los Angeles a découvert sa véritable identité et en a informé le service de police de Bremerton le 13 mars.

Basham a été arrêté en 2008, accusé de viol d'enfant au deuxième degré et libéré sous caution de 350 000 $, a indiqué la police.

Le 29 mars 2009, un témoin a rapporté avoir vu Basham sauter du pont de Tacoma Narrows, a indiqué la police. Les recherches utilisant des bateaux et un avion n'ont pas permis de localiser le corps, mais sa voiture et une note de suicide ont été retrouvées plus tard.

À Los Angeles, Basham était connu sous le nom de Clemens, un homme d'entretien de longue date dans un immeuble du centre-ville où il vivait.

Son voisin d'à côté, Tommy Cuellar, a déclaré à KABC-TV que Clemens était déjà l'homme à tout faire du bâtiment lorsque Cuellar a emménagé il y a environ dix ans.

« Très choquant », a déclaré Cuellar à propos de la nouvelle de la véritable identité de son voisin. « C'était notre gars de l'entretien. C'était le gars qui avait les clés de nos appartements. C'était pour le moins troublant, comme vous pouvez l'imaginer. »

Cuellar a déclaré à la station que leurs interactions étaient toujours positives.

« Il était comme une personne normale, un peu dur parfois mais c'était sa personnalité », a déclaré Cuellar. « Aucun autre indice qu'il était la personne qu'on l'accusait d'être. »

Les informations en ligne du médecin légiste disponibles vendredi indiquaient la cause du décès de Basham comme « différée », ce qui signifie qu'elle nécessite une enquête plus approfondie.

« Même si l'affaire pénale contre Basham sera close, les détectives de Bremerton assureront le suivi des déplacements et des actions de Basham depuis sa mort présumée en 2009 », indique le communiqué de la police.

A lire également